J'arrête là et advienne que pourra.



https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/n_6958022.gifous en sommes là!
J'ai vécu les présidentielles depuis l'élection de Giscard, l'homme aux diamants. J'ai connu l'avènement de Mitterrand, j'ai même ouvert le champagne le soir de son élection, j'ai fait partie des naïfs qui y ont cru. Pétri de socialisme, fort des théories des Motchane, Guidoni et... Chevènement, j'ai débattu avec tant d'autres enthousiastes d'autogestion en buvant le paroles de Rocard. Ma vie professionnelle et mes engagements syndicaux avaient le romantisme de Jaurès, j'ai travaillé en pensant œuvrer pour les plus défavorisés, présent dans nombre de combats. J'ai applaudi le "faire plus pour ceux qui ont le moins" de Savary...
Et puis...
Les années qui ont suivi ont vu la mort de toutes les illusions, la trahison de tous les rêves, le tapis rouge servi aux forces de l'argent, la lente descente aux enfers.
J'ai connu ensuite la mystification de Chirac, l'illusion du barrage au FN, l'émergence du vote utile. Je passerai vite sur le court règne de Sarkozy secondé par Fillon, et...
La mort de tous les principes, le déferlement des désillusions, la trahison ultime de Hollande, la mort de tout ce à quoi j'ai pu croire.
Hollande aura tout brisé, tous démoli, tout enterré.
Aujourd'hui, nous venons de vivre une lamentable campagne électorale. Une pauvre héritière du borgne FN en passe de se qualifier pour un second tour qu'elle est capable de gagner tellement la déliquescence de cette société est avancée. Un jeune banquier incapable de comprendre les discours qu'on lui écrit, mais fabriqué de toutes pièces par l'oligarchie qui ne cherche qu'à se protéger et se perpétuer contre vents et marées. Un mythomane encostardé gratis qui se tourne vers le pire de la cathosphère pour espérer inverser la tendance. Un résidu de toutes ces années de socialisme à quatre sous, pseudo opposant au pire de Hollande. Un tribun lettré qui sous des airs de Hugo nous ferait presque oublier ses 40 années de participation au système.
Cette campagne a été désespérante, car ceux qui y participent sont désespérants. Mais il est devenu de mon point de vue légitime de cesser de faire semblant, de s'intéresser à ce qui n'a pas d'intérêt, d'essayer de convaincre ceux que l'on ne peut pas convaincre. Alors, décider d'en rester là pour le moment, laisser le bon peuple servile et obéissant défiler à deux reprises pour déposer dans l'urne une autorisation de tout détruire en leur nom. Abandon de souveraineté, négation de la démocratie, les votants reprocheront aux non votants de n'avoir pas voté comme eux. De n'avoir pas délégué une fois encore leur pouvoir.
Je ne participerai pas à cette nouvelle mascarade. Allez-y, votez, donnez-vous l'illusion que vous décidez et agissez alors que vous donnez les clés de l'appartement.
Je vous laisse. Ce que je dis, je le sais ne sert à rien, et c'est bien là le problème. Il est des voix qui sont devenues inaudibles car non conformes. Le système a depuis longtemps préparé ses arrières, a réduit le peuple à un assemblage disparate de moutons obéissants et respectueux. Il a délimité précisément les espaces dans lequels l'expression du bon peuple est autorisée, et les frontières qu'il convient de ne pas dépasser.
J'arrête là pour ma part. J'arrête car je n'aime plus ce qu'est devenu ce pays, ceux qui le représentent, ceux qui les élisent avec tant de bonne conscience.
J'arrête là, et advienne que pourra.


 



19/04/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 132 autres membres