Barjac : des milliers de manifestants contre le gaz de schiste.


Article de mars 2016

 

https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/a_6648867.gifprès la décision du tribunal de Cergy-Pontoise qui, le 28 janvier, a donné raison à TOTAL, en annulant la décision de l’Etat d’abroger le permis de recherche de gaz de schiste dans la région de Montélimar, la réaction des opposants a été à la hauteur de la menace.

Des milliers de manifestants se sont en effet retrouvés le dimanche 28 février à Barjac (Gard) dans une ambiance « festive et bon enfant » pour s’opposer au retour de TOTAL dans la région et réclamer une «loi claire» interdisant toute exploration et exploitation des hydrocarbures non conventionnels.

Les opposants sont venus de toute la France, et de nombreux élus (essentiellement locaux malheureusement) menaient le cortège. Participaient au défilé des organisations telles que Attac, Greenpeace ou la Confédération paysanne.

Sur les pancartes on pouvait lire «Si vous touchez à notre terre, nous vous déclarerons la guerre», et le désormais culte «No gazaran!», adaptant le célèbre «No pasaran!» des Républicains espagnols pendant la guerre civile.

Les manifestants n’ont pas paru très rassurés par les atermoiements du pouvoir sur ce dossier, pas plus que les déclarations de la ministre de l’environnement. Paul Reynard, l'un des porte-parole des collectifs anti-gaz de schiste a déclaré : «La ministre de l’Écologie Ségolène Royal n'a cessé de nous faire des promesses non tenues, comme tous ses prédécesseurs. On en a assez, si le gouvernement socialiste veut légiférer, il faut qu'il le fasse tout de suite». Un autre porte parole du mouvement Sébastien Espagne, a rajouté que la mobilisation, non violente depuis le début, pourrait se transformer en «blocages»: «Nous sommes organisés, s'il faut en arriver là», a-t-il insisté.

Il ne faut en effet pas être dupe. Votée en 2011, la loi Jacob a interdit la technique d'extraction par fracturation hydraulique, mais pas la «recherche». Or «les pétroliers et autres multinationales sont des gens obstinés avec des visions à long terme. A la faveur des changements de majorité, la petite ouverture d’aujourd’hui peut devenir porte d’entrée béante demain. Les prises de position des « Républicains » par la voix de Luc Chatel sont à ce titre inquiétantes. (Voir mon article dans le précédent numéro du LEA).

C’est donc bien ré-attribution à Total du permis de recherches de qui a relancé la mobilisation, preuve que les opposants ne sont pas près de céder.

 Mme Royal a affirmé qu’«Il n'y aurait plus de permis pour rechercher les gaz de schiste et le nouveau code minier, qui est en cours de réforme, intègrerait cette interdiction», rajoutant que «Cette disposition s’appliquerait à tous les permis de recherche d’hydrocarbures en cours de validité et aux demandes de permis en cours d’instruction. Le projet de réforme du code minier sera présenté au Conseil d’État au cours du premier semestre 2016».

Apparemment, cela ne suffit pas à calmer les inquiétudes des militants pour qui la réforme du code minier est un «serpent de mer». Les collectifs demandent que les 133 demandes de permis en cours d'instruction en France soient rejetés et que ceux qui ont été accordés soient abrogés: M. Reynard  a résumé sa position en ces termes : «Nous demandons au gouvernement d'avoir le courage politique d'interdire clairement et totalement le gaz de schiste ».

Ce mouvement montre clairement que ceux qui trouvaient la loi Jacob insuffisante étaient dans le vrai. La mobilisation prouve s’il en était besoin que les opposants sont nombreux, informés, attentifs et déterminés. Pour reprendre les termes d’un participant, «nos gouvernants feraient bien d'écouter les mobilisations et protestations populaires ».

C’est dit !

 

Dernière minute :

Réponse de S. Royal à une question de Pascal Terrasse le 09/03/2016:

« Je voudrais répondre très clairement, nous ne donnerons plus d’autorisation de recherche de gaz de schiste, nous regardons de très près les recherches d’hydrocarbures et nous venons de refuser 31 de ces demandes […] Le moment n’est vraiment pas de donner des autorisations de recherche de gaz de schiste. »  Elle termine sa réponse en assurant qu’elle verrait d’un bon œil que la proposition de loi Terrasse visant à combler les manques de la loi Jacob vienne en discussion à l’assemblée. Dont acte !

 

Et encore :

Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a rejeté ce vendredi 11 mars la demande d'indemnisation du pétrolier Schuepbach, dans le dossier des gaz de schiste. Eux qui ne demandaient qu’un petit milliard d’indemnisation pour manque à gagner…

Et cerise sur le gâteau, cette déclaration du PDG de TOTAL le 15/03/2016 :

"A 30 dollars le baril de pétrole, j'ai autre chose à faire que de chercher du gaz de schiste dans des endroits où l'on ne veut pas de nous" .D'autant a-t-il rajouté qu’il n'est "pas sûr qu'il existe du gaz de schiste dans cette région."

Pour l’instant donc les mobilisations citoyennes ont fait reculer les foreurs. Mais n’oublions pas les élections de 2017 et cette déclaration de Luc Chatel, le tout nouveau président du Conseil national des Républicains qui se réclame sans la moindre retenue du "principe d'innovation" et rajoute "Les Républicains doivent être le parti du gaz de schiste, des OGM, des biotechs, j'ai cette intime conviction."…

Nous resterons donc en éveil.

 

  https://static.blog4ever.com/2012/01/636480/lot.jpg

 



30/04/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 132 autres membres